Qui veut prendre le siège du premier ministre ?

Critiquer les décisions

Depuis des semaines, maintenant, une partie de la population a décidé que nos dirigeants en place, faisaient tout de la mauvaise façon. Il confine trop, pas assez, trop vite, pas assez, il faut ouvrir les écoles, non, il ne fallait pas. On vaccine les ainés, pourquoi eux et pas nous ? Les commerces doivent être rouverts, il ne le fallait pas. Le couvre-feu est trop tôt, il fallait le garder comme ça. Pas de rassemblement dans les maisons ou dans certains lieux de culte, il nous en faut. Les plus jeunes se plaignent, on veut voir nos amis, les plus vieux se plaignent, on veut voir nos enfants. Le gouvernement nous brime, il agit en dictateur, il se fout de nos droits et liberté. Le gouvernement est trop mou, il devrait en faire plus.

La liste pourrait s’allonger ainsi sur plus d’une page. Notre société est fatiguée, écœurée, divisée, intransigeante, agressive, dépressive et tout ça à cause d’un premier ministre qui fait ce qu’il peut avec ce qu’il a.

De mauvaises bonnes idées

La grogne monte de partout, les profs veulent des tas de choses probablement raisonnables, ils sont prêts à faire des grèves. Ce sont ceux-là même qui veulent un retour en classe. Partout, dans le système publique, les syndicats se plaignent de la lenteur des négociations. La ventilation dans les classes, on exige la démission du ministre. Il y a des féminicides, que fait le gouvernement? Pourquoi ne donne-t’il pas plus d’argent ? Pourquoi ne pas créer un secrétariat d’état pour enrayer ce fléau? Et si ça se fait, pas encore un autre monstre administratif.

Fable de la Fontaine

Vous savez, Jean de la Fontaine dans le meunier son fils et l’âne. Heu.. Oui, les fables de Lafontaine, nous les apprenions à l’école. Donc, dans cette fable, un meunier et son fils amenaient un âne au marché et ils y allaient tous les trois en marchant. Mais des gens ont dit : ils sont bêtes, un des marcheurs pourrait monter sur l’âne. Alors le fils laisse le père monter sur l’animal. Plus loin, quelqu’un traite le père de mauvais père, de laisser ce pauvre enfant marcher. Donc le père descend et le fils monte. Encore plus loin, quelqu’un dit : ils ont un âne et ne s’en servent pas de la bonne façon. Donc le père grimpe avec fils. Alors quelqu’un dit : pauvre âne, ces gens vont le tuer à la tâche. La morale de l’histoire est que : si tu cherches à plaire à tous, tu ne plaît à personne.

Prenez place

À tous ceux qui ont une baguette magique, à tous ceux qui connaissent la solution, à tous ceux qui feraient bien mieux. Levez-vous et prenez la place de Premier ministre. Je ne comprends pas encore comment on a pu passer à côté de vos si grandes compétences. Alors, aux prochaines élections, présentez-vous, devenez notre sauveur. Mais, il se peut que des gens ne soient pas en accord avec vos décisions et bien assis devant leur ordinateur, vous critiquent pour avoir fait ou non, pris une décision ou non, dit quelque chose ou non. Alors qui veut toujours être notre leader ?

Avez-vous aimé cette publication ?

Auteur : Lansquenet
Après trente années dans la police, Claude Aubin est devenu auteur. Il a quatre livres à son actif : La Main gauche du Diable (Intouchables), La Nuit des désillusions et Rônin (Libre Édition Claude Aubin), Le lansquenet solitaire (Texte et Contexte). Il a également participé au dernier bouquin de Jules Falardeau (La crise d’Octobre, 50 ans après, Éditions du Journal Claude Aubin a joué aussi des petits rôles dans certains films, rédigé des chroniques dans le quotidien de l'époque Photo Police, le quotidien DixQuatre et maintenant il publie ses chroniques pour le groupe Facebook DERNIÈRE HEURE. Il a aussi coproduit quelques clips pour TVBL, la télévision des basses Laurentides. De plus, il a travaillé pour la chaîne Ztélé (infiltration).