L’histoire des radars au Canada

En ce jour en 1935, le physicien britannique Watson-Watt présentait son article intitulé « The Detection of Aircraft by Radio Methods » (La détection d’aéronefs par des méthodes radio) et exposait ses idées sur le renvoi d’une onde radio contre un objet et la mesure de sa taille et de sa vitesse afin de fournir des renseignements de ciblage.

Le terme RADAR, qui signifie RAdio Detection And Ranging (détection et télémétrie par radioélectricité), a été inventé dans les années 1940 et il décrit essentiellement le processus de fonctionnement de la technologie.

Seconde Guerre mondiale

Le Canada a commencé à utiliser des radars au cours de la Seconde Guerre mondiale afin de détecter l’arrivée d’avions volant à basse altitude. C’est pourquoi la plupart des stations radars implantées au pays à l’époque portaient le nom de « détachements radio » et appartenaient à l’armée. Les premières stations ont été mises en service sur la côte est au milieu de l’année 1942.

Couverture radar de la défense aérienne de la côte est. Crédit : Le Musée des communications et de l’électronique militaires, en Ontario.

Peu de temps après, la construction d’une chaîne de stations de surveillance radar pour la côte du Pacifique débutait. Ces stations furent en place dès novembre 1943.

Zones de patrouille et couverture radar de la côte Ouest. Crédit : Le Musée des communications et de l’électronique militaires, en Ontario.

Près de 6 000 Canadiens ont alors été formés à l’entretien et à l’utilisation des radars, et ont été secrètement déployés pour aider les forces alliées à travers le monde. Ayant prêté le serment du secret, qui n’a été pleinement levé qu’en 1991, ces hommes et ces femmes n’ont pu raconter leurs expériences que récemment. Le personnel chargé des radars au Canada a joué un rôle fondamental dans l’effort de guerre. Il s’agissait de mécaniciens de radiorepérage, d’opérateurs, d’enseignants, de formateurs, de physiciens et de chercheurs. Leur travail a influencé non seulement l’issue de la Seconde Guerre mondiale, mais également la trajectoire technologique et scientifique du 20e siècle.

Radars météorologiques canadiens

Ce n’est qu’après la fin de la guerre que le Canada a mis en place son réseau de radars météorologiques. Il a fallu attendre jusqu’en 1951 pour qu’un affichage radar soit accessible en temps réel aux prévisionnistes de Montréal. Les villes de Toronto et de Vancouver ont eu accès à leurs systèmes à la fin des années 1950 et huit autres sites ont été implantés dans les années 1960. Au début des années 1980, dix-neuf radars avaient été installés à travers le pays.

Plus récemment, en 2017, le gouvernement du Canada annonçait le plan de modernisation de notre réseau de radars météorologiques en mettant à jour les systèmes existants, en relocalisant plusieurs sites et en élargissant l’ensemble du réseau. Depuis le début du projet, nos radars ont été remplacés au rythme de quatre à sept radars par année. Nous sommes heureux d’annoncer que nous sommes en bonne voie pour que nos 32 radars soient tous installés et opérationnels d’ici mars 2023 !

Le nouveau radar de Val d’Irène, au Québec. Installation achevée en novembre 2020.

Le nouveau radar de Val d’Irène, au Québec. Installation achevée en novembre 2020.

→ Pour en savoir davantage : À propos de nos radars.

Avez-vous aimé cette publication ?

Conducteur d'autobus professionnel depuis 29 ans, il se passionne pour la généalogie familiale (Les familles Dagenais en Amérique) ainsi que deux (2) autres groupes Facebook qui font sa fierté : DERNIÈRE HEURE et Conducteurs-trices d'autobus du Québec.