Ces pauvres petits voyageurs

 

 

Je désire être clair dès le début de ce texte, le titre est sarcastique !

Malheureusement pour ces voyageurs, ayant pris la décision d’aller en Floride, au Costa Rica, dans les Caraïbes, je ne me sens aucunement triste pour eux. Et ce, pour diverses raisons.

La première raison est la crise pandémique avec ses répercussions sur les finances de tous les Canadiens et Canadiennes. Bon nombre de personnes ont perdu leurs emplois, leurs salaires et doivent se battre quotidiennement pour ne pas perdre leurs maisons ou leurs appartements.

Plusieurs doivent faire des choix difficiles entre payer le loyer et se nourrir correctement. À côté de cela, des centaines de personnes ont décidés de braver la pandémie en allant dans des destinations ensoleillées en prenant le risque d’infecter au retour. Pour les premiers, je me sens désemparé, compatissant, triste et solidaire ; pour les seconds, rien.

En deuxième lieu, c’est l’égoïsme et d’égocentrisme dont ils font preuves en allant dans des pays plus chauds malgré la mise en garde du gouvernement depuis des mois.  Nous avons vu les répercussions des voyages lors de la première vague en mars 2020. Ont-ils oublié ? Ils ne font certainement pas honneur à la devise québécoise du « je me souviens ».

Oui, des mesures seront mises en applications mais combien sont arrivés au Québec sans suivre réellement la quarantaine ordonnée ? Nous sommes en droits de penser que s’ils ont bravés l’interdiction « molle » du gouvernement, ils ne suivront pas la quarantaine comme préconisée.

Droits et devoirs

La dernière raison de ce manque de compassion pour ces gens est simple : chacun est responsable de ses décisions. De fait, nous pouvons sans cesse revendiquer des droits mais nous ne devons jamais oublier les obligations venant avec ceux-ci. Dans une société se réclament du droit, il devient difficile de se rappeler les devoirs également dans une société démocratique.

Aujourd’hui, ces personnes se plaignent de devoir payer trois jours d’hôtel en raison du test à effectuer, arrivé à l’aéroport. Ils s’estiment « lésés » dans leurs droits. Droits et devoirs vont de paires, il serait temps de le rappeler à tous.

Mesdames, Messieurs, les voyageurs pandémiques, pardonnez-nous et pardonnez-moi de ne point pleurer sur le sort vous étant réservé.

N’est-ce pas si peu que de payer 2000 dollars comparativement aux malades et aux morts que vous pourriez engendrer par vos gestes irréfléchis et insensés ?

Quelques derniers mots : bon retour dans la vie réelle.

Avez-vous aimé cette publication ?

Auteur : Raphaël Fievez
Originaire de Belgique et habitant au Québec depuis 2011. Auteur de plusieurs livres dont ''De la société multiculturelle. Au-delà des discours, une réalité'' (2016) ou encore ''Démocratie. Penser la démocratie de demain''(2017). Travailleur social de formation en Belgique œuvrant depuis plusieurs années et ayant de l'expérience auprès de différentes clientèles au Québec. Raphaël Fiévez a contribué à plusieurs médias via des articles d'opinions, il s'intéresse à l'actualité, la politique et l'éthique. Étudiant au certificat en Philosophie de l'Université Laval à Québec.

2 commentaires sur “Ces pauvres petits voyageurs

  1. Bonjour,

    Je suis français et résident permanent du Canada, ma conjointe est canadienne ainsi que notre fils.

    Le 28 novembre 2020 nous sommes partis en France avec nos 2 chiens afin de venir en aide à ma mère qui est malade. (maladie mental)

    Ma conjointe en congé maternité et moi même employé saisonnier nous avions décidé de rester 3 mois et 3 semaine (20 mars) afin de soulager mes soeurs dans le devoir de s’occuper de notre mère.

    Avec les annonces faite de la part du Canada et de la France nous nous faisons rapatrier par air transat le 13 février,.
    Nous souhaitons savoir comment la quarantaine imposé de 3 jours dans une chambre d’hôtel va être organisée avec nos animaux qui ne pourrons pas sortir pour leur besoin alors que nous sommes propriétaires d’une maison sur un terrain de 5 acres à ste adèle.

    C’est une honte, je peux pas croire qu’ils vont nous enfermé avec nos chiens et notre bébé pendant 3 jours, sans pouvoir sortir les chiens.

    Sans compter l’aspect monétaire, 4000$ en moins dans le budget, quand notre revenu annuel de 2020 a chuté de 30% comparé à 2019 et que nous ne savons pas de combien il risque encore de chuter cette années…..
    4000 Dollars c’est du vol : 1 nuit à l’hôtel en moyenne 100$, test PCR au privé 200$, 3 jours de bouffe 360$. Ce qui fait un total de 960$ pour 2 personnes et non 4000$

    ET vous, vous trouvez malin avec votre sarcasme?

    Le problème ce n’est pas les voyageurs, c’est le gouvernement qui ne fait pas appliquer ses règles assidûment, pendant la quarantaine obligatoire nous devrions être geolocaliser par cellulaire 14 jours 24/7 avec des appels aléatoire et automatiser pour veiller à ce que la personne n’est pas simplement laisser son cell à la maison.

    Merci d’avance pour votre lecture.

    1. Bonjour Monsieur,

      Je peux comprendre votre situation et votre choix. Je ne doute pas qu’il y a toujours des excuses, des explications plus complexes et pouvant possiblement justifier le départ de personnes en-dehors du Québec et du Canada. Nous sommes cependant en contexte pandémique.

      Je pose souvent la question suivante dans ce cas : avez-vous conscience que vous prenez le risque de contaminer votre proche en allant le voir ? Ainsi, que de contaminer les personnes ici au retour ? Sachant que vous pouvez et elles peuvent mourir de ce virus.

      Mon sarcasme concerne le fait que face aux déboires, aux problématiques et aux plaintes des voyageurs (surtout ceux allant dans les Caraïbes pour se bronzer), je ne me sens aucunement triste. Ces mêmes personnes ont tendance à revendiquer le droit de ceci, de cela…sans penser aux conséquences des actions posées, sans même se souvenir des devoirs venant de pair avec des droits.

      Vous ne devez aucunement prendre personnellement ce sarcasme. Ce texte se veut de rappeler quelques éléments de vérité de la vie en société.

      Je vous suggère de contacter les autorités et de voir comment cela peut se faire dans des conditions raisonnables.

      Bon courage à vous !

Les commentaires sont fermés.