Affaire Camara : pouvons-nous prendre notre gaz égal ?

Une manifestation sur une désinformation ?

Suite à l’affaire Camara, nous avons droit à quelques manifestations de la part de la communauté noire… Euh, racisé. Je peux comprendre qu’il y a eu bavure, le département de police l’admet. Il y aura une enquête, peut-être deux, et même trois. On en a parlé et on en parle encore.

Cette fois, lors de la manif du 7 février, devant le QG du SPVM, Marihan Lopez la cofondatrice de la Coalition pour le définancement de la police “trouve ironique que DES membres de la communauté noire, aient été faussement accusés à peine au début du Mois de l’Histoire des Noirs. Les manifestants étaient là pour exiger réparation et des gestes concrets pour adresser le racisme systémique.

Premièrement, Mlle Lopez, UNE personne fut victime d’une bavure policière et non des personnes. Deuxièmement, cette personne peut poursuivre le département de police et la ville de Montréal, car oui, c’est une bavure et comme toutes les bavures, il faut les réparer. Je ne sais pas si Antoine Tremblay avait vécu la même chose, nous aurions eu droit à autant de bruit et d’éclats. Je l’ai déjà mentionné, le racisme existe il est partout. Il est aussi inversé et contrairement à ce que tous ces groupuscules crient haut et fort, les communautés dites racisés ne font guère mieux que nous. J’ai déjà reçu cette réponse : Oui mais c’est entre nous ! Ok, on peut être raciste entre Noirs, mais vous les blancs, vous ne le pouvez pas envers nous.

À quand une grande manifestation contre les gangs de rues

J’aurais aimé une énorme manifestation contre les derniers événements dans l’Est et le Nord de la ville, des Rouges et des Bleus qui se tirent et s’assassinent. Rien de nouveau me direz-vous, mais qui, de la communauté noire prendrait une pancarte marquée ” Assez c’est assez, la vie des noirs à une valeur.” Mais ça… Alors, on s’attaque à ce qui peut être payant dans tous les sens du mot.

Qui de la population pense au policier Vig ?

Maintenant, le policier Sanjay Vig, “un racisé” blessé par un individu encore inconnu, aurait dû avoir un peu de compassion de la part des manifestants. La seule chose mentionnée dans un journal, lors de l’affaire, c’est qu’il avait déjà été suspendu deux jours, il y a quelques années. Comme compassion, on repassera.

Où la vie d’un policier même racisé, n’aurait pas la même valeur pour tous, sauf pour tous les autres policiers noirs et blancs ?

Une demande de présence policière à Montréal Nord !

Et que dire de ce matin, sur les ondes de LCN, la mairesse de Montréal Nord, demandant plus de présence policière dans les rues de son agglomération. Ceci, alors que certains exigent à grands cris, moins de visibilité de la part de ces policiers. Donc, si je tente de résumer : soyez présents, mais de façon discrète et surtout ne dérangez pas les gens du quartier. Faites votre travail, soyez visibles, sans intervenir sauf si quelqu’un tire sur quelqu’un et que vous soyez sûr à 150% de ne pas vous tromper. Il faudrait savoir ce que vous voulez, car présentement, il y a comme un flou.

Claude Aubin, ex-policier, auteur à succès et chroniqueur pour DERNIÈRE HEURE

Question bête : qui maintenant serait assez fou pour prendre le risque de se faire arracher la tête lors d’une intervention possiblement hasardeuse, même si vous avez la conviction d’avoir raison ? Car 10 ou 20 jours de suspension, c’est cher payé pour servir et protéger.

Je disais souvent aux gens que j’enquêtais et qui se plaignaient :

 J’aimerais bien que quelqu’un mette un tatouage dans le front de tous les criminels, comme ça, on saurait qui enquêter et qui laisser tranquille.  – Claude Aubin

Avez-vous aimé cette publication ?

Auteur : Lansquenet
Après trente années dans la police, Claude Aubin est devenu auteur. Il a quatre livres à son actif : La Main gauche du Diable (Intouchables), La Nuit des désillusions et Rônin (Libre Édition Claude Aubin), Le lansquenet solitaire (Texte et Contexte). Il a également participé au dernier bouquin de Jules Falardeau (La crise d’Octobre, 50 ans après, Éditions du Journal Claude Aubin a joué aussi des petits rôles dans certains films, rédigé des chroniques dans le quotidien de l'époque Photo Police, le quotidien DixQuatre et maintenant il publie ses chroniques pour le groupe Facebook DERNIÈRE HEURE. Il a aussi coproduit quelques clips pour TVBL, la télévision des basses Laurentides. De plus, il a travaillé pour la chaîne Ztélé (infiltration).

1 commentaire sur “Affaire Camara : pouvons-nous prendre notre gaz égal ?

  1. Finalement M. Aubin
    ont se rejoint
    manifestation déplacé
    aucune compassion pour le policier agressé
    policier juger et condamner avant que tout les fait soit connu
    racisme inversé omniprésent
    a qui profitera le définancement de la police si ce n’est aux criminel
    genre gang de rue etc.

Les commentaires sont fermés.